//Les écoles d’après-guerre

Les écoles d’après-guerre

Durant la Deuxième Guerre mondiale, Shilo avait été la maison mère de l’A3 Centre d’entraînement de l’Artillerie canadienne (CEAC) et avait fourni des champs de tir pour l’A4 CEAC situé à Brandon. L’A3 est rebaptisé l’École de l’Artillerie royale canadienne (E/ARC) après la guerre et demeure à Shilo comme seule école pour l’artillerie de campagne, moyenne et antichar. Peu après, l’école d’artillerie de la défense côtière ferme ses portes, et comme le 1er Régiment AAL et l’E/ARC (AA) à Picton sont fermés, la seule école d’artillerie qui existe est celle de Shilo. Toutes les disciplines liées à l’artillerie y sont enseignées.

Celle-ci reste à Shilo jusqu’en 1970, année où elle est transférée à Gagetown avec les écoles d’infanterie et de l’arme blindée (le titre « royale » est supprimé du nom des diverses écoles de l’Armée lorsque les services sont intégrés en 1968). Les écoles forment l’École des armes de combat, qui relève du Centre d’instruction au combat, à Gagetown. Le 11 juillet 2007, l’École est renommée École du Régiment royal de l’Artillerie canadienne (École de l’ARC).

Une batterie d’instruction pour apprentis soldats est établie à Shilo en septembre 1954. Le programme permet à des garçons de 16 ans de s’enrôler pour une formation tant scolaire que militaire d’une durée de deux ans. Jusqu’à sa fermeture en 1967, la batterie produira des diplômés très bien formés, et bon nombre d’entre eux atteindront les grades les plus élevés chez les sous-officiers et les officiers.

En 1956, le « RCA Depot » (dépôt de l’ARC) est créé à Shilo. Le dépôt entreprend l’instruction des recrues en artillerie pour l’artillerie de campagne et l’artillerie antiaérienne. C’est la seule source de recrues d’artilleurs jusqu’au 15 mai 1968, jour où la dernière escouade (no 164) effectue son défilé de sortie. Le régiment demeure sans dépôt pour l’instruction des artilleurs jusqu’au 19 septembre 1981, jour de la formation de l’École de Combat, ARC à Shilo. Cette école indispensable permet de fournir à nouveau de façon régulière des soldats qualifiés au Régiment royal. Elle entraîne toutes les recrues de la Force régulière en artillerie, et donne de nombreux cours pour les réservistes jusqu’en juin 1997 lorsqu’elle est dissoute. L’École de l’ARC à Gagetown finit par assumer les responsabilités de l’instruction élémentaire en artillerie, de nouveau centralisée.

Une nouvelle École d’artillerie antiaérienne est établie à la BFC Chatham en 1985 dans le cadre de la « renaissance » de l’artillerie antiaérienne au sein du régiment. L’École commande la 119e Batterie d’artillerie antiaérienne. En 1995, l’École de l’artillerie antiaérienne et la 119e Batterie AAA déménagent à la BFC Gagetown et en 1996, l’école de l’artillerie de campagne et celle de l’artillerie antiaérienne sont fusionnées de nouveau.

 

2020-02-09T18:02:27-05:00L'Histoire|

Subscribe to The
Canadian Gunner News/
Abonnez-vous aux
Nouvelles des artilleurs
canadiens