//La Guerre de Corée – 1950-1953

La Guerre de Corée – 1950-1953

La guerre éclate en Corée et l’on craint que cette bataille ne soit que la première de la guerre contre le communisme. Les Nations Unies ayant lancé un appel pour obtenir des troupes afin de résister à l’agression communiste en Corée, le « 2nd Field Regiment, Royal Canadian Horse Artillery » est formé à Shilo en 1950 comme élément de la Force spéciale de l’Armée canadienne (le terme « Field » est supprimé du titre des deux régiments RCHA en 1951). Des volontaires viennent du 1 RCHA, des écoles et de certaines unités d’artillerie de la Milice. Une tragédie se produit alors que les artilleurs sont en route vers Fort Lewis, dans l’État de Washington, le 21 novembre 1951. Le troisième train des troupes percute de plein fouet un train de voyageurs roulant vers l’est, un peu avant Canoe River, en Colombie Britannique. Les passagers du train de voyageurs s’en sortent indemnes, mais dans le train militaire, 17 artilleurs sont tués et 42 blessés, les deux premières voitures dans lesquelles ils se trouvaient étant détruites après avoir dévalé un talus. Le 2 RCHA arrive en Corée le 4 mai 1951 avec 24 canons de 25 lb et engage son premier combat deux semaines plus tard. En mai 1952, livrant combat en appui du 25e Groupe-brigade d’infanterie canadienne, et plus tard de la 1re Division du Commonwealth, le 2 RCHA a déjà tiré 300 000 obus. Il est considéré comme l’une des unités d’artillerie les plus efficaces de la Division du Commonwealth. Le 1 RCHA perpétue cette réputation après avoir remplacé le 2e Régiment au mois de mai 1952.

La plupart des raids de la 25e Brigade sont menés par le 1er Bataillon, Royal Canadian Regiment (RCR), appuyé par la Batterie A, 1 RCHA. Une admiration mutuelle se développe entre la batterie et le RCR à tel point que l’emblème du RCR est peint sur les canons de la batterie. Ce fait est confirmé par une lettre du commandant du 1 RCHA, le lieutenant-colonel E.M.D. (Teddy) McNaughton (qui adopte le nom de Leslie en mars 1953), adressée au commandant de l’infanterie. Un passage de la lettre hantera bientôt la batterie A :

[traduction libre] « (…) si jamais le jour arrive, que Dieu nous en préserve, qu’un canon de la batterie A tire court sur le Royal Canadian Regiment, ce canon et la sous-section renonceront en conséquence, pendant vingt-cinq ans, à l’honneur et à la distinction de porter le drapeau et le chiffre du Royal Canadian Regiment ».

C’est d’une franchise louable, mais c’est sans doute avec un grand regret qu’un mois plus tard, le chroniqueur du régiment relate la renonciation de ce privilège par un canon de la batterie A. Aux yeux des membres embarrassés de cette équipe de pièce, 1977 devait assurément paraître lointain! Toutefois, deux ans plus tard, étant donné l’excellent appui sans faille du 1 RCHA au RCR, le commandant demande que la punition soit annulée. À partir de ce moment-là, la Batterie A arbore avec fierté l’emblème du RCR sur tous ses canons.

Le 1 RCHA est transféré au 81e Régiment d’artillerie de campagne, ARC en avril 1953. Les 79e et 81e Régiment d’artillerie de campagne, ARC avaient été formés en 1951 et 1952 respectivement, par la mobilisation de six batteries de la Milice pour servir en Europe dans la brigade canadienne auprès de l’OTAN. Ce dernier sert en Corée jusqu’à neuf mois après l’armistice de juillet 1953. En novembre de cette année, il change de nom et devient le 4 RCHA dans le cadre d’une réorganisation de l’Armée canadienne, d’où est née la 1re Division de l’infanterie canadienne, au titre de l’engagement du Canada envers l’OTAN. Par la même occasion, le 79e Régiment d’artillerie de campagne, ARC est renommé 3 RCHA. Après avoir servi en Allemagne pendant deux ans, le 3 RCHA remplace le 4 RCHA en Corée au printemps de 1954. Le 4 RCHA rejoint sa nouvelle base au Camp Utopia (Nouveau-Brunswick). Le 3 RCHA reste en Corée pendant 29 semaines afin à cimenter une paix stable. Les artilleurs canadiens auront joué un rôle important dans le succès des opérations de la Division du Commonwealth en Corée. Heureusement, la nature statique de la guerre a fait en sorte que les artilleurs ont subi relativement peu de pertes. Des 1 543 pertes au combat subies par l’Armée canadienne en Corée, le régiment compte 13 morts et 27 blessés. À ces pertes s’ajoutent les morts et les blessés de Canoe River.

2020-06-25T21:43:50-04:00L'Histoire|

Subscribe to The
Canadian Gunner News/
Abonnez-vous aux
Nouvelles des artilleurs
canadiens