//La vigilance d’après-guerre – 1945-1948

La vigilance d’après-guerre – 1945-1948

En mai 1945, l’ARC fournit trois régiments de campagne, un régiment antichar et un régiment AAL à la Division canadienne servant comme force d’occupation dans la zone d’occupation britannique. Elle y restera jusqu’en 1946. Une grande partie des unités restantes de l’Armée, activées pendant la guerre, sont mises hors service ou transférées à la Milice. En 1947, l’Armée active canadienne est formée avec un effectif autorisé de 25 000 membres, auquel s’ajoute une Force de réserve de 50 000 membres. En 1946, le 1er Régiment d’artillerie de campagne RCHA est rebaptisé le 71e Régiment, RCHA et déménage à Shilo, au Manitoba, lorsque cet emplacement est choisi comme site permanent de l’École de l’Artillerie royale canadienne (E/ARC) (campagne, moyenne et antichar).

L’intention est encore de ne pas avoir une grande armée en temps de paix. L’artillerie des forces actives comprend le 71e Régiment, RCHA, la 68e Batterie moyenne et la 127e Batterie antichar à Shilo, les batteries de la 128 HAA et de la 129 AAL à Picton, en Ontario et la Section E des Transmissions (71e Régiment, RCHA), Corps royal canadien des transmissions. Outre l’école à Shilo, deux autres sont formées : l’E/ARC (AA) à Picton et l’E/ARC (côtière et antiaérienne) à Halifax. En 1948, la 129e Batterie AAL est rebaptisée HAA et déplacée à Esquimalt, en Colombie-Britannique, avec une section côtière d’instruction en artillerie – la « RCSA West Coast ». L’école à Halifax est rebaptisée « RCSA East Coast » la même année.

2020-02-09T18:02:28-05:00L'Histoire|

Subscribe to The
Canadian Gunner News/
Abonnez-vous aux
Nouvelles des artilleurs
canadiens