Lignée2020-01-16T03:38:37+00:00

Lignée régimentaire

La loi sur la milice de 1855 autorisa la première force payée canadienne de 5 000 hommes. Cette force comprenait sept batteries d’artillerie indépendantes. Quatre des sept batteries d’origine sont perpétuées aujourd’hui par les batteries de la Réserve (57e Batterie d’artillerie de campagne), la 2e batterie de campagne (30e régiment), la 7e batterie de campagne (2e régiment) et la 11e (Hamilton-Wentworth) batterie de campagne (11e Régiment de campagne). Avant 1855, des batteries d’artillerie volontaires existaient en Amérique du Nord britannique, mais il est difficile de retracer certaines de ces batteries. L’une de ces unités, la Loyal Company of Artillery, a été formée à Saint John, au Nouveau-Brunswick, en 1793, et abrite aujourd’hui le 3e Régiment d’artillerie de campagne (The Loyal Company), ARC.

L’artillerie était le premier élément de la composante régulière de la jeune nation de l’armée canadienne. Le 20 octobre 1871, le Royal Regiment forme les premières unités de l’armée régulière canadienne lors de la création de deux batteries d’artillerie de garnison. Les batteries A et B situées respectivement à Kingston et à Québec devaient remplir les fonctions de garnison et servir également d’écoles de tir. Ils servent aujourd’hui dans le cadre du 1er Régiment Royal Canadian Horse Artillery.

Le régiment a vu le jour le 10 août 1883, lorsque la constitution du «régiment d’artillerie canadienne» de la milice permanente a été autorisée.

Il a été rebaptisé « Artillerie royale canadienne » le 24 mai 1893.

Le 1 er décembre 1898, le régiment fut réorganisé en deux types d’artillerie: l’Artillerie royale canadienne (division) et la «Artillerie royale canadienne (division Garrison).

Le 1er juin 1901, ces divisions ont été rebaptisées «artillerie de campagne royale canadienne» et «artillerie de garnison royale canadienne».

Le 1er septembre 1905, le Royal Canadian Field Artillery est renommé «Royal Canadian Horse Artillery».

Les unités d’artillerie de campagne et de garnison de la milice active non permanente précédemment indépendantes furent incorporées au régiment le 28 décembre 1895 et portaient le suffixe «Artillerie canadienne».

Le 3 juin 1935, le suffixe «L’Artillerie royale canadienne» fut attribué aux composantes non permanentes du régiment.

Le régiment fut renommé: «Régiment royal de l’artillerie canadienne» le 29 octobre 1956; et «Le Régiment royal de l’Artillerie canadienne» le 27 mai 1997.

Des batteries d’artillerie volontaires existaient en Amérique du Nord britannique avant 1855, mais la continuité de certaines de ces batteries est difficile à retracer. L’une de ces unités d’avant 1855, la Loyal Company of Artillery, a été formée à Saint John, au Nouveau-Brunswick, en 1793, et est perpétuée par le 3rd Field Artillery Regiment (The Loyal Company) RCA.

La Militia Act de 1855 de la province du Canada a autorisé la première milice active, ou force rémunérée, de 5 000 hommes dans ce qui allait devenir l’Ontario et le Québec. Cette force comprenait sept batteries indépendantes d’artillerie de campagne (ainsi que cinq compagnies d’artillerie à pied dont le but était la défense locale des canons). Quatre des sept batteries de campagne d’origine sont perpétuées par des batteries de composants de réserve: 57e batterie de campagne (6e Régiment d’artillerie de compagne ARC), 2e batterie de campagne (30th Field Regiment RCA), 7e batterie de campagne (2nd Field Regiment RCA) et 11th ( Hamilton-Wentworth) Batterie de campagne (11th Field Regiment RCA).

En 1860, le New Brunswick Regiment of Artillery comptait cinq compagnies bénévoles qui se sont rendues à Saint John avec d’autres compagnies à Woodstock, Chatham, Fredericton et Gagetown. En Nouvelle-Écosse, dans les années 1860, cinq brigades d’artillerie de milice se sont formées à Halifax tandis que d’autres brigades ont été organisées à Digby, Annapolis Royal et Sydney Mines en plus d’une brigade existante à Pictou.

Les premières unités de l’armée régulière ou à temps plein du Canada après la Confédération ont été créées par l’ordonnance générale no 24 de la milice du 20 octobre 1871, qui autorisait la formation de deux «batteries d’artillerie de garnison», «afin d’assurer les soins et la protection des forts, magazines, armements et magasins de guerre, récemment ou sur le point d’être remis au gouvernement fédéral, dans les provinces de l’Ontario et du Québec ». Ces batteries, A à Kingston et B à Québec, en plus d’exercer des fonctions de garnison, devaient servir d ‘«écoles pratiques d’artillerie pour la formation de tous les grades de l’artillerie de milice». Ils existent aujourd’hui en tant que sous-unités du 1st Regiment Royal Canadian Horse Artillery.

Une nouvelle loi sur la milice, adoptée le 25 mai 1883, a permis la création de forces pour un «service continu». Les unités mobilisées pour un service continu étaient initialement appelées «Corps permanent» et collectivement, à partir de 1892, «Force permanente». En conséquence, le 10 août 1883, le «Regiment of Canadian Artillery» fut autorisé à être formé en tant que corps permanent, comprenant des batteries A, B et C (ce dernier fut autorisé, mais ne fut formé qu’en 1887, après quoi il prit place pour six Il a été réformé à Kingston en tant que batterie d’entraînement des dépôts en 1915 et transféré à Winnipeg en 1919 en tant que troisième batterie de la brigade RCHA.

Le régiment obtient la distinction «Royal» et est désigné «The Royal Canadian Artillery» le 24 mai 1893.

Les unités d’artillerie de campagne et de garnison de la milice active, auparavant indépendantes, ont été incorporées au régiment le 28 décembre 1895 et désignées «artillerie canadienne» (CA). Les batteries de campagne de la milice utilisaient le suffixe «Canadian Field Artillery» (CFA) et les compagnies de garnison «Canadian Garrison Artillery» (CGA).

Le 1er décembre 1898, la composante Force permanente du Régiment est réorganisée en deux types d’artillerie appelés «Artillerie royale canadienne (division de campagne)» et «Artillerie royale canadienne (division de garnison)».

Ces divisions ont été renommées «Artillerie royale de campagne canadienne» et «Artillerie de garnison royale canadienne» le 1er juin 1901.

Le 1er septembre 1905, la Royal Canadian Field Artillery est renommée «Royal Canadian Horse Artillery».

Un amendement à la loi sur la milice du 17 décembre 1921 a renommé les sous-composantes de la milice active en tant que «milice active permanente» (PAM) et «milice active non permanente» (NPAM).

En 1924, l’Artillerie de la Garnison royale canadienne a supprimé le terme «garnison» de son nom et les compagnies de garnison sont devenues des batteries. Dans le même temps, l’utilisation des suffixes «CFA» et «CGA» a été abandonnée.

Le 3 juin 1935, les unités NPAM du régiment reçoivent également la distinction «Royal» et sont désignées «The Royal Canadian Artillery» (RCA). Désormais, toutes les unités du Régiment, à l’exception du RCHA, utiliseraient le suffixe «RCA».

Le régiment a été renommé «Royal Regiment of Canadian Artillery» le 29 octobre 1956.

Il a de nouveau été renommé «Régiment royal de l’Artillerie canadienne» le 27 mai 1997.

Subscribe to The
Canadian Gunner News/
Abonnez-vous aux
Nouvelles des artilleurs
canadiens