Équipement2018-11-09T00:12:12+00:00

Équipement

Canons, mortiers et obusiers

Tiré du livre de Doug Knight, « Guns of the Regiment »( Ottawa, Service Publications, 2016. Reproduit avec l’aimable permission de l’auteur et de l’éditeur.

Les artilleurs se réfèrent génériquement à leur équipement comme étant «les canons», mais les armes peuvent être divisées en quatre types principaux: les canons, les mortiers, les obusiers et les roquettes. Chaque type a des caractéristiques spécifiques, bien que les définitions exactes soient modifiées et affinées au fil des ans. Le Régiment n’a pas utilisé de roquettes avant la Seconde Guerre mondiale, et celles-ci seront traitées par la suite.

La distance à laquelle une arme peut tirer son projectile est contrôlée et limitée par la taille de la charge de poudre et l’angle au-dessus du sol que le tube fait avec l’horizontale – la hausse. La taille maximale de la charge est limitée par la résistance du canon, et la physique et la gravité imposent que la plus longue portée pour une charge donnée soit atteinte à une hausse d’environ 45º. En augmentant la hausse au-delà de 45º, vous obtiendrez une portée plus courte.

Historiquement, le type d’artillerie le plus nombreux est le canon. Il a un long tube et utilise une charge propulsive relativement grande qui a un poids fixe et qui a une hausse maximale de moins de 45 °. Cela donne au projectile une grande vitesse initiale lors du tir et le canon aura normalement une portée plus longue que les autres types. Cependant, la taille fixe de la charge signifie que la trajectoire ou l’axe du tir ne peut être modifié qu’en changeant la hausse du canon. Cela crée un problème lorsque vous essayez d’engager une cible derrière une colline ou un autre obstacle. La hauteur de la colline créera une zone derrière laquelle le canon ne peut atteindre. En abaissant la hausse du canon pour essayer d’engager une cible immédiatement derrière la colline, l’obus percutera la crête ou la pente à l’avant.

La caronade était une variante spéciale du canon à âme lisse, et a été conçu pour tirer un projectile lourd à courte portée. Elle était beaucoup plus légère qu’un canon et utilisait une charge de poudre plus réduite. L’intention était d’avoir une pièce légère avec une énergique et puissante force de frappe qui pourrait être montée sur de petits navires, ne pouvant supporter de lourdes pièces.

Une autre variante des canons était le « canon à obus ». Les canons normaux à âme lisse étant conçus pour tirer un boulet de fer plein, les dommages résultant à la cible étaient reliés à la puissance de l’énergie cinétique de l’impact. Le canon à obus a été conçu pour tirer un obus explosif, plus léger, mais qui utilisait l’énergie chimique de l’explosion pour causer des dommages. Les canons à obus étaient plus légers que les canons normaux, et ils ne pouvaient tirer un boulet.

Le deuxième type d’artillerie est le mortier. Il fonctionne uniquement à des hausses supérieures à 45 °, ce qui donne à l’arme une trajectoire très élevée, et son projectile, ou bombe, descend presque verticalement. Il a un tube très court et un temps d’envol relativement long, et il est un peu moins précis qu’un canon. Il était utilisé pour lober des bombes par delà les murs dans une forteresse, mais il pouvait être utilisé aussi bien depuis la forteresse, tirant dans les retranchements et les sas des assiégeants. Contrairement au canon, un mortier à âme lisse était monté à une hausse fixe et la variation de sa portée et de sa trajectoire était en fonction de la quantité de la charge de poudre. Il nécessitait une charge plus petite qu’un canon, ce qui lui donnait une portée inférieure. Ceci était compensé par sa capacité à engager des cibles derrière les murs ou autres obstacles. Les mortiers tiraient des obus explosifs et ne pouvaient tirer des boulets pleins.

Un obusier est un hybride canon-mortier. Il est capable de s’élever horizontalement à une élévation de plus de 45 °, bien que sa portée maximale soit atteinte juste au-dessous de 45° d’élévation. Continuer à élever l’obusier au-dessus de 45˚ entraînera une portée inférieure. L’obusier utilise une sélection de charges, dont chacune produit une trajectoire de base différente, qui peut ensuite être ajustée finement en changeant la hausse. La plus grande charge donne la plus grande portée, plus grande est la vitesse initiale, et la trajectoire est similaire à celle d’un canon. Les charges progressivement plus petites ont chacune une portée maximale plus courte. Cependant, en arrangeant les charges pour avoir un certain chevauchement dans la portée, l’obusier peut engager la plupart des cibles en utilisant deux charges ou plus. La charge inférieure nécessitera que l’obusier soit élevé à un angle plus élevé que la charge supérieure pour atteindre la même distance. Cela permet à l’obusier d’agir comme un mortier et de lober un obus sur la crête de la colline ou au-delà du mur dans l’angle mort. Cependant, l’obusier a un tube plus court qu’un canon et, même à la charge maximale, aura une vitesse initiale plus faible qu’un canon, et aura donc une portée maximale inférieure. Les obusiers tiraient des obus explosifs. Avant la Première Guerre mondiale, les canons et les obusiers étaient des équipements distincts mais complémentaires. Après la guerre, le canon-obusier a été développé ce qui a combiné les meilleures caractéristiques des deux systèmes.

Nomenclature et unités de mesures

Sans surprise, les définitions de l’artillerie ont varié au fil des ans. Pour le baril, les termes «tube», «canon» et «pièce» ont plus ou moins la même signification et définissent le baril du canon avec un degré moindre d‘interprétation rigide des définitions. À l’origine, les types de canons portaient des noms tels que «couleuvrine», «demi-couleuvrine», etc., mais les Britanniques ont finalement normalisé leur terminologie en fonction des caractéristiques de la pièce. L’identificateur de base comprenait le poids nominal de la grenaille solide tirée par le canon, ainsi que le matériau de construction et le poids nominal du canon de la pièce. Le poids du projectile était mesuré en livres, et un canon tirant, par exemple, un boulet de dix livres, était appelé un canon de 10 livres. Un exemple de la description complète serait «un canon en fonte de 68 livres de 95 quintaux» (cwt = «quintal» = 112 lb (50,8 kg)). Dans ce cas, le canon tirait un boulet de 68 livres (30,8 kg), et le canon étant construit en fonte et pesant 95 quintaux (10, 640 livres ou 4,826 kg). Les canons à âme lisse, les mortiers et certains obusiers ne pouvaient pas tirer de boulet plein. Et étaient identifiés par le diamètre de l’alésage (« calibre ») en pouces et le poids du canon, comme : «un canon en fonte de 10 pouces de. 87 q ». Notez que le poids du projectile et du canon était des valeurs nominales, et que le processus de fabrication était tel que le poids réel pouvait varier d’un côté ou de l’autre de la norme.

Bien que le Canada soit officiellement métrique depuis de nombreuses années, il y a encore des gens qui pensent en mesures impériales, et une grande partie du matériel source se trouve aussi en unités de mesure britanniques. Dans ce livre, les mesures seront listées dans le format impérial (métrique). Sauf indication contraire, jusque vers 1980, la mesure impériale fait autorité, mais la conversion métrique a été arrondie pour la lisibilité, et aussi pour éviter l’impression d’excès de précision. Par exemple, une plage maximale de 1 000 verges se convertie mathématiquement à 914,4 mètres. Cependant, la portée de 1 000 verges est relativement imprécise car il y a des facteurs balistiques qui entrent en jeu et qui peuvent affecter la portée exacte, mais l’utilisation de 914,4 mètres implique une valeur très précise. Par conséquent, la conversion métrique a été arrondie à 915 mètres. Sauf si une grande précision est nécessaire, ce principe s’applique à toutes les conversions. Lorsque la mesure impériale ou métrique fait partie du nom, par exemple, 12 livres, 8 pouces ou 155 mm, le nombre ne sera pas converti. Après 1980, le nombre métrique fait autorité, et l’impériale a été arrondie

Étonnamment, il peut être tout aussi difficile de déterminer le nombre exact et l’emplacement des canons modernes. Il y a relativement peu de rapports qui résument les canons en service pour l’ensemble du Canada – plusieurs des premiers rapports étaient par district militaire, sans tous les rapports de tous les districts et ils sont généralement contradictoires. Très peu de canons de musée ont encore leurs livrets de pièces. Il y a deux excellents recensements de tous les canons en service en 1912 et 1933 qui comprennent les numéros de série des canons et parfois des affûts. Ceux-ci ont été utilisés comme seuil de base pour les emplacements de l’équipement à ces moments. Il y a des problèmes, tant dans la lisibilité des rapports survivants que dans les erreurs de frappe, mais ils servent de point de départ.

Canons utilisés par l’Artillerie royale canadienne 1871-2016

Tiré du livre de Doug Knight, « Guns of the Regiment » (Ottawa, Service Publications, 2016. Reproduit avec l’aimable permission de l’auteur et de l’éditeur.

Les pièces à âme lisse 1871-1895

  • Canon de bronze de 3 livres à âme lisse de 3 quintaux (q)
  • Canon de bronze de 6 livres à âme lisse de 6 q
  • Canon de bronze de 9 livres à âme lisse de 13 ½ q
  • Canon de bronze de 12 livres à âme lisse de 18q
  • Canon de fer forgé de 12 livres à âme lisse de 34 q
  • Canon de fonte de 18 livres à âme lisse de 38 et 42 q
  • Canon de fonte de 24 livres à âme lisse de 20, 48 et 50 q
  • Canon de fonte de 32 livres à âme lisse de 32, 42, 45, 56, 58 et 63 q
  • Canon de fonte de 56 livres à âme lisse de 97 ou 98 q
  • Canon de fonte de 68 livres à âme lisse de 95 q
  • Canon à obus de fonte de 8 pouces à âme lisse de 52/54 et 65 q
  • Caronade de fonte de 12 livres de 6 q
  • Caronade de fonte de 18 livres de 10 q
  • Caronade de fonte de 24 livres de 13 q
  • Caronade de fonte de 32 livres de 17 q
  • Caronade de fonte de 68 livres de 36 q
  • Mortier de fonte de 8 pouces à âme lisse de 9 q
  • Mortier de fonte de 10 pouces de 16, 18, 47 et 52 q
  • Mortier de tranchées de fonte de 13 pouces à âme lisse de 36 q
  • Obusier de bronze de 12 livres à âme lisse de 61/2 q
  • Obusier de bronze de 24 livres à âme lisse de 13 q
  • Obusier de fonte de 51/2 pouces (24 livres) à âme lisse de 15 q
  • Obusier de fonte de 8 pouces à âme lisse de 22 q
  • Les «canons russes »
  • Le canon du signal horaire d’Ottawa

Le canon rayé Armstrong à chargement par la culasse 1873 – 1895

  • Canon rayé Armstrong de 6 livres à chargement par la culasse de 3 q
  • Canon rayé Armstrong de 12 livres à chargement par la culasse de 8 q
  • Canon rayé Armstrong de 20 livres à chargement par la culasse de 16 q
  • Canon rayé Armstrong de 40 livres à chargement par la culasse de 35 q
  • Canon rayé Armstrong de 7 pouces (110 livres) à chargement par la culasse de 72 q

Canon à âme rayée à chargement par la culasse 1873-1895

  • Canon de fer et de bronze de 7 livres à chargement par la bouche de 2 q
  • Canon rayé de 9 livres à chargement par la bouche de 6 et 8 q
  • Canon rayé de 13 livres à chargement par la bouche de 8 q
  • Canon rayé de défense côtière à chargement par la bouche
  • Canon rayé de 64 livres à chargement par la bouche de 64 q
  • Canon rayé de 7 pouces à chargement par la bouche de 6 ½ tonnes
  • Canon rayé de 7 pouces Mk I à chargement par la bouche de 7 t
  • Canon rayé de 8 pouces à chargement par la bouche de 9 t
  • Canon rayé de 9 pouces Mk II et Mk III à chargement par la bouche de 12 t
  • Canon rayé de 10 pouces Mk II à chargement par la bouche de 18 t
  • Canon rayé Palliser converti de 32 / 64 livres à chargement par la bouche de 58 q
  • Canon rayé Palliser converti de 64 livres à chargement par la bouche de 71 q
  • Canon rayé Palliser converti de 80 livres à chargement par la bouche de 5 t
  • Canon rayé Palliser canadien converti de 32 / 64 livres à chargement par la bouche de 54 q
  • Mitrailleuse Gatling

À chargement par la culasse 1895-1905

  • Canon de 12 livres CC Mk I et Mk IV de 6 q sur affût de campagne Mk I
  • Canon de débarquement de marine à tir rapide de 12 livres de 8 q
  • Canon de 15 livres CC Mk I de 7 q  sur affût de campagne Mk I et Mk I**
  • Canon  à tir rapide de 4.7 po Mk IV* B sur affût roulant Mk I
  • Obusier de 5 po CC Mk I sur son  affût de campagne Mk I
  • Obusier de 6 po CC Mk I de 30 q sur affût Mk I

Début du XXe siècle et Première guerre mondiale 1900-1939

  • Canon à tir rapide (Maxim) de 1 livre Mk I sur affût de campagne Mk I*
  • Canon de campagne  à tir rapide de 13 livres Mk I et Mk II de 6 q sur affût Mk I
  • Canon de campagne  à tir rapide de 18 livres sur affût Mk I, IR, II, IIR et IIPA
  • Obusier à tir rapide de 4,5 po Mk I et II sur affût Mk I
  • Canon CC de 60 livres Mk I et II sur affût Mk I, II, III, IV
  • Obusier CC de 6 po Mk I de 26 q sur affût roulant Mk I
  • Obusier CC de 8 po Mk VI et Mk VIII sur affût Mk VIIA
  • Obusier CC de 9,2 po Mk I sur affût Mk I
  • Mortier de tranché à chargement par la bouche  de 2 po. « mortier Toffee Apple »
  • Mortier de tranché de 6 po « Newton »
  • Mortier de tranché de 9,45 po Mk I

Deuxième guerre mondiale 1939 – 1945

  • Canon de champagne français de 75 mm M1897
  • Canon de campagne américain de 75 mm M1917
  • Obusier démontable américain à tir rapide de 75 mm M1A1 sur affût M8
  • Obusier de char « Centaur » de 95 mm
  • Canon de campagne à tir rapide de 25 livres C Mk II et C Mk III
  • Canon automoteur « Sexton » de 25 livres C Mk 1, C Mk 2 et C Mk 3
  • Obusier automoteur américain M7 “Priest” de 105mm
  • Canon CC de 4,5 po Mk II sur affût  Mk I
  • Canon CC de 5,5 po Mk III sur affût Mk I et Mk II
  • Canon CC de 6 po Mk XIX sur affût Mk VIII
  • Canon américain « Long Tom » de 155 mm M2 sur affût Mk I
  • Obusier CC de 7,2 po Mk I et Mk VI sur affût Mk I
  • Canon sur rails CC de 9,2 po Mk X et Mk XIII sur affût Mk III
  • Obusier CC de 12 po
  • Lance-roquettes multiple de 3 po No 8 Mk 1 « The Land Mattress »

La guerre froide 1945-1990

  • Mortier de 81 mm C3
  • Mortier britannique à âme lisse de 4,2 pouces
  • Mortier américain, M 30 de 4,2 pouces
  • Obusier C1 et C2 de 105 mm
  • Obusier démontable L5 de 105 mm
  • Obusier C1 (M1A2) de 155 mm sur affût M1A2
  • Obusier automoteur M 109 de 155 mm
  • Roquette MGR-1 Honest John

Période moderne, 1990 et plus

  • Obusier remorqué léger de 105 mm C3
  • Obusier léger LG1de 105 mm C1 Mk II
  • Obusier M777 de 155 mm

Défense cotière XXe siècle 1900-1950

  • Canon à tir rapide “Hotchkiss” de 6 livres Mk I de 8 q
  • Canon à tir rapide de 6 livres Mk I de 10 q sur montage double Mk 16
  • Canon à tir rapide de 12 livres Mk I de 12 q sur affût de garnison Mk I
  • Canon de marine à tir rapide de 4 po Mk V sur montage vertical P Mk X et Mk III
  • Canon à tir rapide de 4,7 po Mk XVI * sur montage vertical double Mk XIX
  • Canon CC de 6 po Mk VI sur affût à éclipse de garnison Mk IV
  • Canon CC de 6 po Mk « G » sur fixation de garnison Mk III(L) CP
  • Canon CC de 6 po Mk VII sur fixation de garnison Mk III(L) CP
  • Canon CC de 6 po Mk VII* sur fixation MkV
  • Canon CC de 6 po Mk 24 sur fixation Mk V ou Mk VI
  • Canon de marine à tir rapide de 6 po Mk I B et Mk II B sur fixation P
  • Canon CC de marine de 6 po sur fixation P Mk VII
  • Canon CC de 7,5 po Mk C sur affût élevé Mk A
  • Canon CC de marine de 7,5 po calibre 45 sur fixation Mk V CP
  • Canon américain de 8 po M1888 sur fixation élevée de l’affût sur rails M1918
  • Canon CC de 9,2 po Mk X sur fixation élevée Mk V, Mk CVIa et Mk VII
  • Canon CC de 9,2 po Mk XV sur fixation élevée Mk IX
  • Canon CC de 10 po Mk I sur fixation élevée d’affût de garnison
  • Canon américain de 10 po M1888 sur fixation élevée d’affût à éclipse

Canons antichar 1939-1952

  • Canon antichar à tir rapide de 2 livres Mk X
  • Canon antichar à tir rapide de 6 livres de 7 q
  • Canon antichar à tir rapide remorqué de 17 livres
  • Canon antichar de 17 livres « Archer » monté sur châssis de tank Valentine, chassis américain M 10 et M 10C « Achilles »

Canons antiaériens 1916 – aujourd’hui

  • Mitrailleuse Colt Browning AA de calibre .50 sur montages double M46 (Mk 22)
  • Mitrailleuse à tir rapide Polsten de 20 mm  sur support anti-aérien quadruple
  • Système de canon anti-aérien Skyguard de 35 mm
  • Canon anti-aérien léger Bofors de 40 mm
  • Canon antiaérien à tir rapide de 13 livres Mk I monté sur camion
  • Canon antiaérien à tir rapide de 3 po de 20 q Ml I* monté sur la plateforme mobile MkII
  • Canon antiaérien de 3,7 po C Mk2/2 sur fixation 3,7 po AA C Mk3 et 3A
  • Canon antiaérien de 90 mm M1A1
  • Système de missile antiaérien de courte portée Blowpipe
  • Système de missile antiaérien de courte portée Javelin (S-15)
  • Système d’arme antiaérien et antichar à courte portée (DAACP) Oerlikon

Subscribe to The Canadian Gunner News/ Abonnez-vous aux Nouvelles des artilleurs canadiens