///Col DT Irwin CMG (1843-1928)

Col DT Irwin CMG (1843-1928)

Le colonel De la Cherois T. Irwin est né dans le comté de Carnagh, en Irlande le 31 mars 1843 et entra à l’Académie royale de Milice, à Woolwich au début de 1860. Il a reçu son brevet de sous-lieutenant dans l’Artillerie royale le 1er juillet 1861 et fut muté à la 10e Brigade qui partait pour service aux Antilles.

Étant donné la possibilité d’une guerre avec les États du Nord au sujet de l’affaire “Trent” la brigade fut détournée vers Halifax. La batterie d’Irwin voyagea par traîneaux de St-John, Nouveau-Brunswick à Montréal en février 1862. Il passa les huit prochaines années à Montréal, Kingston et Québec, épousant une dame de cette ville en 1867.Durant ces premières années, il étudia sa profession et eut la distinction de passer les examens d’admission au Collège d’État-major britannique, se classant quatrième dans toute l’armée britannique. Il passa ensuite deux ans à Sandhurst. Pendant qu’il était au Collège il se vit offrir et accepta la nomination d’inspecteur-adjoint de l’Artillerie et des magasins de matériel de guerre pour le Dominion. Il fut muté à la Batterie “A” de l’École de tir d’artillerie de Kingston et promu major dans la Milice canadienne. Lorsqu’en 1873, le colonel French alors inspecteur-supérieur, parti pour organiser la “Police à cheval du Nord-ouest”, le major Irwin lui succéda comme commandant de l’école d’artillerie et officier-commandant de la Batterie “A”. En janvier 1876 il est devenu inspecteur de l’Artillerie et des magasins de matériel de guerre, position qu’il partagea avec le lieutenant-colonel Strange, et fut promu lieutenant-colonel.

En 1878 on lui demanda d’ériger une défense autour de Victoria et d’y organiser une batterie. L’arrivée d’une escadre russe dans le port de San Francisco, fournit une menace suffisante pour stimuler une action immédiate, l’Angleterre a rapidement envoyé un nombre de canons de bord, les sites furent établis et érigés et la batterie instruite. Le manque d’aide qualifié et la nécessité d’engager des travailleurs locaux le forcèrent à superviser personnellement chaque détail. En moins de quatre mois, un canon de 8 pouces, trois de 7 pouces et quatre 64 livres furent installés et cinquante hommes complétaient leur entraînement.

En 1822 le lieutenant-colonel Strange prenait sa retraite et le lieutenant-colonel Irwin lui succédait comme commandant de l’Artillerie du Canada. Il prit sa retraite de l’Artillerie royale, joignit la Milice canadienne et fut nommé simultanément à l’état-major du Quartier général à Ottawa; il était maintenant en position de faire le réformes auxquelles il songeait depuis longtemps – l’organisation d’unités indépendantes de l’Artillerie canadienne en un seul régiment. Il servit comme 1er officier-commandant du régiment. C’est à travers ses efforts que l’Artillerie canadienne reçut la distinction “royale” en 1882.

Il fut aussi responsable pour d’autres améliorations importantes : une meilleure échelle de rations, l’établissement de réfectoires séparés, la préparation de la nourriture par un cuisinier-sergent, l’expansion des écoles royales de tir d’artillerie à Kingston et Québec, l’addition d’une 2e Batterie de garnison à Québec et l’achat du secteur d’entraînement Deseronto.

La Force non-permanente a aussi eu ses bénéfices; il contribua à l’organisation de l’Association de l’Artillerie canadienne. Cette organisation, l’ancêtre de toutes les associations de milice, initia un système d’inspections internes et de réformes qui ont grandement accru l’efficacité et l’esprit de corps de toutes les unités d’Artillerie canadiennes.

Le 1er juillet 1897 il se retirait après vingt-cinq ans de service dont quinze ans comme chef de l’Artillerie. Sa carrière n’était pas spectaculaire; son dossier de travail solide et bien fait avec avant tout le bien du Régiment parle par lui-même.

À la retraite il continua son passe-temps préféré – la peinture, et demeura actif avec plusieurs organisations philanthropiques. Après avoir introduit le golf à Ottawa ceci demeura une de ses activités favorites.

Le colonel Irwin est décédé à Washington à l’âge de 85 ans, le 19 mars 1928.

2019-11-27T19:10:03-05:00Les grands Artilleurs|

Subscribe to The
Canadian Gunner News/
Abonnez-vous aux
Nouvelles des artilleurs
canadiens